Psychothérapie

Pourquoi consulter un psychologue ?

psychothérapie - consultations- Sylvie LoumayeParce que tout le monde peut à un moment donné de sa vie éprouver des difficultés, vivre des problèmes qui semblent insolubles, être pris dans des jeux relationnels inextricables, être face au mur, ressentir un réel mal-être… bref se sentir en petite ou grande souffrance. C’est précisément cette souffrance qui est à la base de la décision de consulter un psychologue. Le plus souvent, les patients consultent pour des motifs liés à une perte, un deuil, de l’anxiété, une dépression, un burn-out, un bore-out, des choix de vie compliqués, des décisions impossibles, des idées noires… en fait, toute difficulté complexe ou récurrente

Qui sont mes patients ?

J’accueille les adultes, les jeunes adultes (ceux qui décident eux-mêmes de consulter et sont indépendants pour venir aux rendez-vous) et les couples.

Est-ce différent de parler avec ses amis ?

Face à une difficulté, il peut être très utile de parler avec ses amis si on en a envie et quand c’est possible. Cela permet de bénéficier d’un support social ou amical précieux. Cependant, la démarche thérapeutique est une démarche toute différente car elle se vit avec une personne neutre et dans un cadre thérapeutique spécifique. Au niveau du fond, toutes les confidences peuvent être faites à un psy qui ne juge pas et face auquel il n’y a pas d’enjeu relationnel puisque le psy n’est pas et ne deviendra pas un ami. De plus, le psy est tenu au secret professionnel absolu, ce qui n’est pas le cas des amis.

Quelle est la spécificité d’une thérapie ?

Au sein d’un cadre spatio-temporel précis pourra émerger une relation particulière de confiance qui va permettre au patient d’évoluer sous le regard bienveillant du psy. Le patient sera dès lors capable de revisiter ses croyances, de se remettre en question, d’oser de nouvelles choses, de prendre ses décisions… brèves de « faire du différent ! » Par ailleurs, au sein de cette relation transférentielle vont se vivre des situations que le patient provoque aussi dans sa vie quotidienne (retard, agacements…) qui pourront être travaillées pour mettre en lumière ses blocages et mécanismes de défense à dépasser.
Pourquoi accroche-t-on avec tel psy et pas avec tel autre ?
Il n’est pas toujours aisé de trouver directement le « bon » psy car il faut « accrocher » avec son psy… et ça, c’est une question de feeling ! Ce feeling fait que le patient ressent rapidement s’il sera possible ou pas pour lui de se confier face à ce nouveau professionnel. Cette accroche n’est pas liée à la compétence du thérapeute. C’est lié aux croisements des deux histoires de vie entre le psy et le patient qui fait que ce dernier pourra ou pas placer le psy dans son paysage familier.

A quoi s’engage-t-on ?

La thérapie est un engagement qui nécessite un investissement temporel, financier et énergétique considérable. C’est pour cela qu’il est nécessaire de réfléchir avant « d’entrer en thérapie ». Les notions de liberté et de la motivation sont déterminantes.

Comment s’amorce une thérapie psychologique ?

Nous prenons le temps de faire connaissance, de faire une « photo panoramique » de la situation lors d’une anamnèse poussée : la difficulté, les personnes concernées par la difficulté, le contexte de vie, les démarches déjà entreprises par rapport au problème… Ce processus d’anamnèse prend trois rendez-vous avant de faire une séance de mise au point lors de laquelle on met les cartes sur la table : comment s’appelle le problème ? Qu’est-ce qui nourrit le symptôme ? Le patient veut-il agir face à ce constat ? Est-il prêt aujourd’hui ? Suis-je la bonne professionnelle pour l’accompagner dans ce chemin thérapeutique ? Quels seraient les objectifs thérapeutiques ?

Comment se déroule une séance de thérapie psychologique ?

Ma méthodologie peut être qualifiée d’approche intégrative d’inspiration systémique. Après avoir accueillir le patient, questionné son état d’esprit et avoir pris connaissance de ce que ce dernier a intégré du dernier rendez-vous, on rentre dans le cœur de la séance dans un esprit de coconstruction. J’invite le patient à me faire part du menu du jour et à me dire ce qu’il veut travailler. A-t-il une difficulté spécifique, une décision à prendre, un évènement inconfortable ?… En fait, je fais feu de tous bois puisque quel que soit le sujet, je tente de relever les spécificités de son fonctionnement en les mettant en lien avec la demande de départ ou avec d’autres séances. Dans le cadre des demandes individuelles, je peux inviter une fois le conjoint ou une personne significative en concertation avec le/la patient(e).

Que se passe-t-il entre les rendez-vous ?

Je peux proposer également des devoirs à domicile pour que la thérapie ne se limite à la séance et pour nourrir le rendez-vous suivant (exercice de réflexion, tenter un comportement différent, apporter une production liée à un talent du patient comme une photo, un dessin…) Le rythme peut être de toutes les semaines à toutes les 3 semaines en fonction de différents critères. Ce temps d’intégration est important, on ne peut pas compresser une thérapie ! De mon côté, je prépare chaque rendez-vous afin d’accueillir au mieux le patient et d’être au clair sur son vécu et son évolution psychologique.

Comment se clôture une thérapie ?

L’objectif est évidemment que le patient puisse aussi vite que possible fonctionner sans accompagnement thérapeutique. De la même façon que le décollage se fait en douceur, je propose un atterrissage en progressif à l’issue du vol thérapeutique. Dans l’idéal, on programme 2 ou 3 consultations à plus longue échéance pour que le patient puisse expérimenter sa vie sans la thérapie. Le rendez-vous de la clôture est construit de telle sorte que le patient sorte de cette dernière séance avec une vue claire sur ses acquis et les points par rapport auxquels il doit rester vigilant. C’est aussi l’occasion de nous dire « au revoir ».

Quelle est la spécificité des thérapies de couples ?

Il n’est pas toujours facile de déterminer d’emblée s’il est plus judicieux de travailler avec le couple ou pas. Le processus d’anamnèse permet justement de déterminer si le problème appartient au couple ou pas. En tant que psy, mon patient est bien-sûr le couple et je travaille au profit de ce dernier mais celui-ci est constitué de 3 entités : l’un, l’autre et le système couple. Il s’agit de pouvoir travailler et faire évoluer ces 3 entités dans une double alliance avec chaque membre du couple. Au niveau du processus, je peux alterner des rencontres de couples et individuelles ou scinder la séance en différentes parties. Le rythme des consultations est de toutes les 2 à 4 semaines.

Quels sont les résultats ?

Je garde un œil permanent sur les objectifs thérapeutiques, j’ai un souci de progression à chacune séance et je peux proposer des évaluations intermédiaires. Afin d’obtenir les résultats, je prends une part active dans le processus… je mouille aussi ma chemise ! On peut dire que chaque chemin thérapeutique est un véritable « sur mesure personnalisé ».

Je suis d’ailleurs très reconnaissante envers mes patients qui me font confiance et me permettent de travailler avec passion.

Un Rendez-vous ?

Les RV de psychothérapie se prennent directement par téléphone en fonction des disponibilités. Merci de me contacter au +32 479/383250 de préférence le mardi ou le jeudi ou de m’envoyer un mail via le formulaire de contact.

Pin It on Pinterest